Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Essonne

Photographie de la dernière activité

Comité du Val d'Orge : conférence sur la Réserve militaire dans la Garde Nationale.
Le vendredi 13 octobre 2017, date anniversaire de la création de la Garde Nationale, le Comité du Val d'Orge de la SMLH a organisé dans la salle Berlioz de Saint Michel sur Orge une conférence intitulée : « La Réserve militaire dans la Garde Nationale : un nouvel élan tourné vers la protection du territoire national ».
Le conférencier était M. le général (2s) Francis MAREC, Chevalier dans l'Ordre de la Légion d'honneur et membre du bureau de notre Comité. En sa qualité d'officier général chargé de la prospective sur la Réserve militaire de l'armée de terre, il nous présentait le nouvel élan de la Réserve tournée vers la protection du territoire national. Il était assisté pour prononcer cette conférence par le lieutenant-colonel (er) Sylvain CLAUTIAUX, Chevalier de la légion d'honneur et porte-drapeau de notre Comité.
Le public présent à la conférence a pu retenir les points suivants :
La Réserve militaire a toujours été cruciale dans l'histoire de nos armées. Son rôle a été prépondérant pendant les deux guerres mondiales. Lors de la période de la guerre froide les effectifs de l'armée de terre ont pu être doublés en cas de mobilisation par l'apport d'unités dérivées à celles des forces d'active. La fin de la guerre froide et la suspension du service militaire ont entrainé naturellement une chute du besoin opérationnel des réservistes avec la dissolution des unités d'active. Les livres blancs des deux derniers quinquennats ont en effet diminué drastiquement les budgets des armées en mésestiment les besoins d'une réserve active en cas de renversement stratégique.
Les attentats terroristes de 2015 sur le sol national et l'engagement opérationnel croissant de nos armées à l'intérieur comme à l'extérieur de nos frontières ont démontré qu'il fallait non seulement stopper l'hémorragie de la baisse des effectifs des forces d'active mais aussi repenser les réserves en termes d'emploi opérationnel.
L'opération sentinelle tant décriée a pourtant démontré son efficacité en déployant dans nos rues et sur des sites sensibles des « fantassins du macadam » bien formés et aptes à réagir dans un cadre juridique exigeant.
Par conséquent, la décision de création de la Garde Nationale il y a un an par le Président de la République démontre qu'un nouvel élan est bien donné à la Réserve. A la fin de l'année 2018, cette Garde Nationale à la Française aura un effectif de 85 000 réservistes. Elle se composera de deux piliers :
- Un pilier dépendant du « ministère de l'intérieur » avec 40 000 réservistes de la Gendarmerie et 5000 réservistes de la Police Nationale.
- Un pilier dépendant du « ministère des Armées » avec 40 000 réservistes des trois Armées et des Services.
C'est donc bien à l'horizon 2018 que le label de la Garde Nationale encore tant décrié par les commentateurs et les politiques prendra tout son sens et son efficacité si bien entendu tous les budgets promis suivent.
Vincent FAUVELL-CHAMPION
Chevalier de la Légion d'honneur
Vice-président et secrétaire
Comité du Val d'Orge


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016