Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Essonne
Photographie du Président de la section
Le mot du président de section

La section de l'Essonne de la Société des membres de la Légion d'honneur vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année et vous présente ses meilleurs voeux pour 2018
Bien à vous
Jean-Michel Zamparutti

Quelques vues des comités de la section ...
Le mot du secrétaire de section

Nouveautés :
Le 21 mars : Voyage en Thaïlande proposé par l'ONM, voir « Liens documents »
Le 18 mars : Hommage au Colonel Chenais, président d'honneur de comité de l'Hurepoix
Le 18 janvier : mise à jour actualités et calendrier
Le 12 novembre : La Réserve et la Garde nationale, voir en actualité et dans les documents en pdf
Le 13 septembre : Remise de décoration à Jean-Charles EGRAZ par le cdt QUATRELIVRES
Le 11 août : le 100 000ème de la liste (en pdf : onglet de droite, tout en bas)

Actualité

Photographie de la dernière activité

Biographie extraite de la gazette SMLH de l'Essonne n°5
Une vie, des mérites éminents
Le colonel Jean-Pierre CHENAIS,
Chevalier dans l'Ordre de la Légion d'honneur
Né en 1928 et fils unique dans une famille modeste dont le père, de la classe 1913, avait été Tirailleur Breton et conservait, dans la mémoire et dans la chair, les traces indélébiles de quatre années d'une dure guerre de tranchées, le jeune Chenais, attentif aux témoignages glorieux familiaux, rêve de devenir militaire.
Adolescent pendant la seconde guerre mondiale, il est intrépide et téméraire et trompe l'ennemi en déplaçant, la nuit, les panneaux de signalisation ou en lui indiquant de mauvais chemins.
A 18 ans, Jean-Pierre Chenais s'engage au titre du 1er RIC (régiment d'infanterie coloniale) pour l'Extrême Orient et remplit enfin sa vocation.
Après une initiation au combat dans la jungle, il arrive au camp de Caïs, surnommé le camp de la mort lente, puis il embarque à Marseille pour l'Indochine. Il y découvre, comme simple soldat, une guerre classiquement appelée coloniale mais qui ne doit pas faire oublier l'oeuvre administrative, culturelle et humanitaire accomplie par la France au profit des habitants de ce pays.
Devenu sous-officier, il est affecté au Sénégal où il parcourt les villages et s'initie aux us et coutumes des populations. Lors de ses rencontres avec les anciens tirailleurs sénégalais de la grande guerre, il découvre, de façon réconfortante, leur fierté d'avoir servi sous les plis du drapeau français.
Après des mois de rizières et de savane africaine, il est repéré par la hiérarchie militaire et est proposé, en 1951, comme...



»» Lire la suite


Nombre de visites : 3186 © SMLH - 2016 à jour du 24/3/2018 W3C HTML5